Bretagne de Marsan / Découvrir Bretagne de Marsan / Bretagne et l'histoire / Personnages célèbres

Personnages célèbres

Cinq personnes célèbres ont vécu à Bretagne de Marsan :

21

René Ducos, plus connu sous le nom de Jacques Pills (1906-1970)

Enfant de Bretagne-de-Marsan où sa famille possédait la maison "Jean Blanc", René Ducos débute à Paris sa carrière de chanteur au Moulin Rouge où Mistinguett tient la vedette. Il met au point avec son acolyte Georges Tabet le numéro de duettiste Pills et Tabet, avec lequel ils écument avec succès toute l'Europe.

Reprenant son indépendance, il devient le chanteur de charme des années 1940 et l'interprète idéal des chansons de Jean Nohain, comme Couchés dans le foin.

Il épouse deux grandes vedettes de la chanson française Lucienne Boyer en 1939, avec qui il a une fille, Jacqueline Boyer, née en 1941 puis Édith Piaf le 29 juillet 1952 qu'il rencontre lors d'une tournée en Amérique. Il lui écrit une chanson "Je t'ai dans la peau", et Edith Piaf lui rend la pareille avec "Ça gueule ça madame". Jacques Pills et Edith Piaf se produisent successivement sur les mêmes scènes, Moulin Rouge en 1954 ou Olympia en 1955.
Après leur divorce en 1957, Jacques Pills ne renoue plus avec le succès de ses débuts.
De 1967 à sa mort en septembre 1970, il dirige le cours de music-hall de l'Olympia créé par Bruno Coquatrix.

   
Boyer Lucienne

Lucienne Boyer (1901-1983)

Lucienne Boyer, artiste de renommée internationale dans les années 1930 débute a seulement seize ans : c'est au Concert Mayol, célèbre cabaret parisien, que le producteur américain Lee Schubert la découvre et l'engage pour une tournée à Broadway qui durera neuf mois !

Désormais prénommée Lucienne Boyer et de retour en France, la jeune femme devient rapidement une "star"en 1930, avec Parlez-moi d'amour. Pour cette chanson, elle reçoit le tout nouveau Grand Prix du disque, et part en tournée dans le monde entier. Durant les années 30, sa renommée ne cessera de croître, guidée par de nombreux succès : Les prénoms effacés , Un amour comme le nôtre, ...

En 1939, elle épouse le chanteur et auteur-compositeur Jacques Pills, déjà célèbre grâce au duo Pills et Tabet . Elle réside donc à Bretagne-de-Marsan quelque temps. Mais Jacques et Lucienne divorcent, et Pills refait rapidement sa vie avec... Édith Piaf.

La "Dame en bleu" s'éteint le 6 décembre 1983 à Paris. Durant sa longue et magnifique carrière, elle fut le symbole de la chanson française de l'entre-deux guerres. Ses succès restent sur toutes les lèvres . Patrick Bruel, symbole de la chanson française moderne, lui rendra hommage en reprenant récemment deux de ses titres sur son album "Entre deux". Elle repose au Cimetière de Bagneux, près de Paris.

   
Boyer Jacqueline

Jacqueline Boyer (1941- )

Née Eliane Ducos, le 21 avril 1941 Jacqueline Boyer est la fille deJacques Pills et de Lucienne Boyer.

En 1960, elle gagne le Concours Eurovision de la chanson pour la France en chantant Tom Pillibi.

Elle fait une très grosse carrière en Allemagne, en France, et des tournées vont s'enchaîner à travers le monde au Japon, en Angleterre, aux USA avec Charles Aznavour. En 1970, elle passe à l'Olympia avec Charles Trénet. Puis victime d'un grave accident elle arrêtera quelques années de chanter.

En 1979, elle part pour les États-Unis et revient deux ans après totalement transformée, cheveux courts coiffés à la lionne, style très américain pour le vestimentaire, avec dans ses bagages un magnifique album en anglais Love, love, love.

En 2005, elle quitte Neuilly où elle habitait depuis 1979 et s'installe dans le secteur de Saint-Gaudens.

   
20

Edith Piaf (1915-1963)

Née Edith Giovanna Gassion, elle est repérée à Pigalle en 1935 par Louis Leplée, directeur d'un cabaret des Champs-Elysées, qui la produit sous le nom de 'la môme Piaf'. Elle est produite l'année suivante par Raymond Asso sous son nom d'artiste.

Le public la découvre à la salle de l'ABC, où elle séduit avec la chanson 'Mon légionnaire'. Jean Cocteau organise ses débuts au théâtre, tandis qu'elle lance la carrière d'Yves Montand.

Après la guerre, elle entame une tournée américaine. Malgré un départ mitigé, c'est un véritable triomphe. Là-bas, elle rencontre le boxeur Marcel Cerdan et connaît une relation passionnée. La mort du sportif en octobre 1949 la plonge dans une forte dépression dont elle ne se remettra jamais vraiment malgré les succès à répétition aux Etats-Unis, en Amérique du Sud.

Le 12 septembre 1952, elle épouse en première noce Jacques Ducos, citoyen de Bretagne-de-Marsan, maison Jean Blanc, connu sous le nom d'artiste "Jacques Pills", lors d'une tournée commune à New York. Témoins du mariage : l'impressario d'Edith, Louis Barrier et Marlène Diétrich qui disait d'elle : "elle a la plus lumineuse des beautés, celle du coeur"

Les périodes Montand, Cerdan, Meurisse sont passées et avec Jacques, c’est trois années de bonheur, partagées entre d’incessantes tournées, les séjours parisiens boulevard Lannes et les périodes de repos à Jean Blanc, véritable havre de paix pour le couple si médiatique. La commune de Bretagne dont elle était citoyenne d'honneur, lui doit la construction de l'école.

Personnalité hors norme, elle a inspiré de nombreux compositeurs, fut le mentor de nombreux jeunes artistes et a connu une renommée internationale, malgré une fin de carrière rendue difficile par de graves problèmes de santé.

Elle donne son dernier concert du haut de la tour Eiffel le 25 septembre 1962. Edith Piaf, par ses chansons poignantes (' La Vie en rose', 'Milord') incarne à elle seule la chanson française.

On lui doit de très nombreux succès du répertoire francophone comme La Vie en rose, Non, je ne regrette rien, Hymne à l'amour, Mon légionnaire ou Milord.

   
ocana_tdf1973[1]

Luis Ocaña (1945-1994)

Jesús Luis Ocaña Pernía, natif d'Espagne, réside depuis l'enfance en France (1957), dans le Sud-Ouest. C'est au club de Mont-de-Marsan qu'il découvre les joies du cyclisme. Malgré de bons résultats, aucune équipe française ne veut le faire signer. Il répond alors aux sollicitations d'une équipe espagnole, Fagor, qui lui impose de conserver sa nationalité (sportive) espagnole (1968). Multipliant les bons résultats pour Fagor, il rejoint ensuite rapidement la formation française Bic (1970).
Il fut le grand rival d'Eddy Merckx, notamment lors du Tour de France 1971 : Luis gagna tout d'abord à Orcières-Merlette. L'étape suivante, Merckx provoqua une échappée dès la ligne de départ reprenant ainsi un peu de temps à Luis Ocaña. C'est dans la descente du col de Menté, effectuée sous un orage dantesque, qu'Eddy et Luis chutèrent dans un virage ; ils se relevèrent, mais Zoetemelk qui suivait Luis le heurta violemment, et il fut évacué par hélicoptère à l'hôpital, où on ne détecta finalement aucune fracture. « Un jour de juillet, le maillot jaune m'est entré dans la peau » écrira-t-il plus tard.

Il remporte le Tour de France en 1973 avec 6 victoires d'étape et plus d'un quart d'heure d'avance sur Bernard Thévenet, deuxième. mais Eddy n'était pas au départ cette année là. Luis compte 110 victoires professionnelles en tout.

Il réside à Bretagne-de-Marsan dans une superbe villa d'inspiration espagnole dans les années 1970 et participe activement à la vie du village. A la mairie, vous pouvez encore admirer un de ses maillots jaunes et des photos prises à Bretagne.

Sa carrière de coureur achevée, il fut directeur sportif de la formation nationale espagnole, et se reconvertit en exploitant agricole à Caupenne-d'Armagnac dans le Gers. Atteint d'une hépatite C suite à une transfusion sanguine, il se suicide le 20 mai 1994.